La Télévision du pays :" CALEDONIA"

La chaine du pays "CALEDONIA"

     Le gîte du " Tour du monde " remercie  "Calédonia" pour sa capacité à transmettre l'âme d'un pays - Longue vie à CALEDONIA - voir video ci-contre 

Calédonia est Accessible dans chaque Chalet 








CALEDONIA fait la part belle à l’information, à travers un journal télévisé, des magazines thématiques et des documentaires. Conférences locales et internationales. Choix de retransmission d'émissions de métropole 

Outil citoyen, CALEDONIA s’adresse à tous les Calédoniens, quels que soient leur âge, leur province, leur origine ou leur opinion. La chaîne renforce sa présence sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie pour mieux s’adresser à tous ses habitants et affirmer son identité de « chaîne Pays ».

Chaîne de proximité, CALEDONIA reste néanmoins attentive à tout ce qui se passe au- delà de la Nouvelle-Calédonie, et tout particulièrement chez nos voisins du Pacifique et plus largemenr dans le monde. 

Miroir de la réalité, fenêtre ouverte sur le monde, CALEDONIA veut être à la hauteur des défis que doit relever la Nouvelle-Calédonie dans les années à venir. A long terme, son ambition est de devenir une télévision de référence dans le Pacifique.

L'autre chaîne Nouvelle Calédonie  la 1ère  - de France télévision TNT Outre mer 

voir video ci-dessous la longue histoire de la première télévision en Nouvelle Calédonie 


La chaîne  du groupe france télévision - 
son histoire : ( voir video ci-contre) 
  • 1965 : Tele Nouméa né de la volonté du Générale De Gaulle 
  • 1974 : France 3 - NC lié à FR3 DOM-TOM 
  • 1983 : RFO Nouvelle Calédonie lié à RFO
  • 1999 : RFO devient tele nouvelle Calédonie 1ere 
  • 2010 : Nouvelle Calédonie la 1ere lié à TNT outre mer 
Une télévision qui a bien évolué pour meiux s'enraciner dans les réalités du pays tout en couvrant l'international 

Les radios du pays

Radio Djiido: créée le 24 septembre 1985 et diffusée en Nouvelle-Calédonie. Elle dispose d'une ligne éditoriale ouvertement indépendantiste Elle est gérée par l'association « Les Éditions populaires » (Edipop), qui dépend de l'Union calédonienne (UC)

Radio rythme bleu RRB   : elle dispose d'une ligne éditoriale ouvertement de droite anti-indépendantiste, proche du RPCR qui a pris le nom à partir de 2004 de Rassemblement-UMP puis simplement de Rassemblement.

Radio Oceane : la radio populaire du pacifique en Nouvelle Calédonie 

                                                            la presse quotidienne " Les  Nouvelles calédoniennes "

Nous n'avons pas en Nouvelle Calédonie, contrairement à d'autres pays , une presse quotidienne diversifiée à références idéologiques ou politiques multiples -  

  • La presse calédonienne
  • la France australe en Nouvelle Calédonie
"Les nouvelles Calédoniennes" :(première parution  en 1971) - C'est le seul quotidien d'informations générales du pays. Il ne parait pas le dimanche. Le journal a été marqué politiquement RPCR (Rassemblement pour la Calédonie dans la République) jusqu'au début des années 2000.

Il est ensuite devenu neutre, notamment de 2004 à 2008 lorsque Thierry Massé était directeur général et Philippe Minard directeur de la rédaction. Les 23 et 24 mai 2007, Les Nouvelles calédoniennes publient pour la 1re fois en Nouvelle-Calédonie, les résultats d’un sondage sur les intentions de vote pour un scrutin régional (élections législatives).

Le journal a quitté le giron de GHM (Groupe Hersant Média) le 17 mai 2013. Il a été acquis par des investisseurs de Nouvelle-Calédonie. 59 % des parts appartiennent à Jacques Jeandot et sa famille. Un concessionnaire auto incontournable sur l'île,également présent dans le monde bancaire, le marché de l'eau calédonien, etc. Le reste du capital se partage ainsi : 21 % pour la famille Montagnat, propriétaire de mines et 20 % pour Charles Lavoix, ancien propriétaire des magasins Casinos, Géant, Leader Price. Ce rachat a créé une inquiétude lourde parmi le personnel. Les repreneurs étant supposés proches du pouvoir calédonien. Les quatre années 2014-2018- 20222  doivent voir l'aboutissement des accords de Matignon et de Nouméa. Les référendums sur une indépendance ou non de l'île cristallisent les passions localement. Pour leurs détracteurs, le rachat par les nouveaux actionnaires, a été vu comme une volonté de museler les organes d'expression avant les échéances capitales pour l'île.

Les articles sont disponibles partiellement (version gratuite soumise à quota mensuel) ou en intégralité (version payante) sur son site internet, actualisé chaque jour à 04h locales (GMT +11) et tout au long de la journée pour la rubrique gratuite des "Actualités en Direct". Il est vendu 200  francs CFP l'exemplaire (1,68€)  environ) . Il offre aussi un service d'abonnement, avec livraison à domicile ou non tous les matins, pour 1, 3 ou 6 mois ou 1 an. Il est possible aussi de s'abonner en Métropole (livraison une fois par semaine par vol prioritaire ou éco-aérien, les offres d'abonnements pour cette dernière solution portant sur 3 ou 6 mois ou 1 an), à Wallis-et-Futuna, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Vanuatu (abonnements sur 1, 3 ou 6 mois ou 1 an, livrés par vol prioritaire), voire en Amérique, en Asie ou en Afrique (abonnements sur 3 ou 6 mois ou 1 an, livré par vol prioritaire). Le quotidien est également gratuitement proposé aux passagers d'Aircalin.

REMARQUES : de 1889 à 1979 existait le quaotidien " La France australe" :le 1er quotidien calédonien - plus ou moins directement subventionné par la société Le Nickel, son dernier propriétaire notoire.À partir de 1896, La France Australe combat le gouverneur Feillet et sa politique de colonisation. Le parti anti-feilletiste vaincu, en juillet 1899, La France Australe change son sous-titre qui devient : "Libre tribune pour la défense des intérêts néo-calédoniens" et, subsistant comme seul organe public d'opposition, reste plus polémique que jamais dans ses attaques contre le gouverneur d'alors . 

De 1971 à 1979 , les caldoniens  avaient ainsi le choix entre les deux quotiens : "les nouvelles Calédoniennes" et "La FRance Australe" - Aujourd'hui demeure " les nouvelles calédoniennes"