Le climat , la météo, fuseau horaire et luminosité  en Nouvelle Caledonie
                          cyclone, feu de brousse, UV...
sommaire 

Outres les renseignements dans les différents paragraphes ci-dessous , consultez également et attentivement sur le panneau à droite :

  • les zones à risques de feu, jour par jour actualisées
  • les marées
  • Les UV; le soleil peut être tres dangereux
  • Le bulletin du lagon si vous sortez en mer

Le climat en Nouvelle Calédonie

la moyenne des températures à Noumea

Il n'y pas de saison idéale;pour connaître la climatologie générale en Nouvelle Calédonie et l'actualité climatique ; rendez-vous sur le site www.meteo.nc ; Vous y trouverez les statistiques en matière de pluviométrie et de températures minimales et maximales. Les perturbations mondiales ne permettent pas de fiabiliser les tendances normales.
Néanmoins et ordinairement on peut retenir
Qu'il y a deux saisons séparées par deux inter-saisons

  • La saison chaude et humide mi-novembre mi-avril dite également la saison des cyclones. Fortes pluies possibles au milieu de belles journées ensoleillées; il fait très chaud et cela peut monter jusqu'à 39 degré. On passe Noël en camping sauvage au bord des rivières sous un ciel étoilé.
  • La saison de transition mi-avril à mi-mai les perturbations tropicales sont rares et en général peu actives. La pluviosité diminue et la température de l'air décroît sensiblement; c'est une bonne saison pour les voyageurs
  • La saison fraîche mi-mai à mi-septembre Des coups d'Ouest possibles ; la température passe au minimal ; il peut descendre jusqu'à 11 degré la nuit dans la chaîne; En général il fait 21 à 23 degré le jour. Le soleil reste très présent. C'est la saison préféré de Jean-Claude; la luminosité y est exceptionnel du fait de l'inclinaison du soleil ( un régal pour les photographes) ; la température durant la journée est très agréable sans succomber sous les chaleurs et la nuit fraîche évite la clim !
  • La saison sèche mi-septembre à mi-novembre Pluviosité minimale; l'alizé est bien présent; nous sommes protégés par l'anticyclone subtropical : c'est une excellente saison ( normalement!); le température augmente sensiblement.

Cyclone et saison cyclonique en Nouvelle Calédonie 
et dans le pacifique sud ouest 
et les bienfais d'un cyclone !!! 

Avant propos :

En Nouvelle-Calédonie, et plus globalement dans le Pacifique Sud-Ouest, la saison cyclonique commence "officiellement" le 1er novembre et se termine le 30 avril. Statistiquement 

Le cyclone est une réalité normale en Nouvelle Calédonie. Ce qui est inhabituel , non normal et inquiétant c'est la secheresse qui va en augmentant ! mais pas les cyclones. Le pays a toujours connu des cyclones et les habitants de la NC ont complètement intégré cette donnée. La case Kanak , elle même ronde, a été conçue pour résister au cyclones. Un cyclone est un phénomène intense mais bref qui balaye tout sur son chemin dans le ciel ( et parfois sur terre! ) pour laisser place, immédiatement après son passage, à un soleil resplendissant. 

Les kanak rappellent toujours les bienfaits d'un cyclone : au-delà de l'architecture des cases construites en fonction des cyclones, il y a les plantes, les arbres, la redistribution des graines, la régération de la nature entière qui bénéficient des bienfaits d'un cyclone . Bien entendu, il y a les dégats co-latéraux surtout lorsque les cyclone sont de catégorie 4 ou 5 ( ce qui est plus fréquent)  mais ils peuvent être combattus partiellement si on respecte la nature : par exemple , une déforestation massive, les mines qui creusent la terre sans plan de reboisement  augmentent les risques co-latéraux des cyclones: Les éboulements de Houailou en 2017 sont uniquement la conséquence d'un sommet de montagne déboisé par les mines et n'ayant pas fait l'objet de reboisement. Enfin, il est intégré dans l'environnement calédonien qu'après un cyclone il faut "refaire" , réparer"...  C'est tout un art de vivre que la modernité a complètement exclu de sa vision.... 

Voir nos superbes photos de notre gîte dans la colonne de droite prises  un an après le cyclone Cook et 15 jourts après le passage du cyclone HOLA avec de fortes pluie. Impossible d'obtenir une telle végétation autrement! 


Statitistiques concernant  :

  • La durée des saisons cycloniques en Nouvelle Calédonie ; les données ci-dessous concernent exclusivement la Nouvelle Calédonie et non  pas tout le Pacique sud pour lequel les chiffres sont différents: 

- Les débuts de saison sont répertoriés entre le 27 novembre et le 10 janvier en Nouvelle Calédonie 
- la date de début de saison la plus probable est le 21 décembre
- Les fins de saison sont répertoriées entre le 19 mars et le 22 avril 
- la date de fin de saison la plus probable  est le 03 avril pour la zone Nouvelle-Calédonie 
- Les  saisons durent de 78 jours à 137 jours 
- la saison la plus longue a été de 226 jours en 1972/1973 
- la saison la  plus courte a été de 5 jours en 1990/1991  avec un seul phénomène 
- la durée la plus probable d’une saison est de 100 jours pour la zone (et de 136 jours pour la zone Pacifique Sud)

  • Le nombre de phénomènes tropicaux par saison  ( entre 1968 et 1997) sur une période de 25 ans dans le pacifique  sud  et plus spéfiquement la Nouvelle Calédonie.

Sur 266 phénomènes observés dans le Pacifique Sud pendant la période 1968-1997,
152 sont passés sur la zone Nouvelle-Calédonie soit 57% 
- le pourcentage est encore plus grand quand il s’agit des cyclones car 
71 sur 117 sont passés dans notre zone (60,6%) 
- on peut donc en conclure que l’archipel Calédonien se trouve au coeur 
de l’activité cyclonique du bassin Pacifique Sud

  • La distribution du nombre de phénomènes par saison

Dans la zone Nouvelle-Calédonie on a observé 11 saisons avec 
5 phénomènes tropicaux sur les 29 saisons
On constate que cette distribution est relativement stable sur cette zone puisque
l'on a observé 83% de saisons cycloniques avec de 4 à 7 phénomènes par saison
La médiane est de 5 phénomènes par saison cyclonique alors que la moyenne est de 5,2

Définition: cyclone, ouragan, typhon??? est-ce la même chose ?

Cyclone tropical, ouragan, typhon… tous ces termes désignent le même phénomène à savoir une zone de basses pressions composée de formations nuageuses qui s'enroulent autour d'un centre de rotation. Le vent en surface tourne en circulation fermée autour de ce centre. Un cyclone présente à la fois :
*un mouvement de rotation sur lui-même dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère sud ;
*un déplacement plutôt lent (20 à 30 km/h en moyenne) en comparaison à la vitesse des vents qui peuvent dépasser 150 à 200 km/h.

En Nouvelle-Calédonie, et plus globalement dans le Pacifique Sud-Ouest, la saison cyclonique commence "officiellement" le 1er novembre et se termine le 30 avril. Toutefois, des perturbations tropicales peuvent se développer en dehors de cette période statistique. En 2015 par exemple, la dépression tropicale modérée RAQUEL a intéressé les Salomon du 30 juin au 4 juillet : c'était la 1ère fois qu'un phénomène était nommé au mois de juillet.

  • Pourquoi plusieurs dénominations ?

Contrairement à une croyance répandue, un ouragan (ou un typhon) n'est pas forcément plus puissant qu'un cyclone : ces trois termes désignent bien le même type de phénomène.
Historiquement, chaque région du monde a donné un nom à cet évènement météorologique majeur :
cyclone (du grec kukios - cercle, rond) dans l'océan indien et dans le Pacifique Sud ;
typhon (du grec tuphôn - tourbillon) dans le Pacifique Nord-Ouest ;
ouragan en français et hurricane en anglais (de l'espagnol huracan, venant lui-même hunraken en indien caraïbes - dieu des tempêtes) dans l'Atlantique Nord et le Pacifique Nord-Est.
En fonction de la dénomination utilisée, on a donc un indice sur le bassin concerné.

En Nouvelle-Calédonie, nous sommes concernés essentiellement par trois zones de formation des phénomènes tropicaux, chacune sous la responsabilité d’un des trois centres suivants : Brisbane (Australie)Nandi (Fidji) et Port Moresby (Papouasie-Nouvelle-Guinée).

Ci-dessous :

Image 1 :   tableau indiquant les conséquences selon la force du vent : on parlera de depression à partir de  60km/H et de cyclone à partir de 120km/h

Image 2  : vous indique la ZONE  dans le pacique sud ouest qui est responsable d'attribution du nom du cyclone selon la zone concernée (Nandi, Bisbane ou Port Moresby)

Image 3 : Les zones de formation cyclonique dans le monde : Atlantique Ouest - Pacifique Nord est - Pacifique Nord Ouest  - Pacifique Sud Ouest ( celle concernant la Nouvelle Calédonie ) - Ocean Indien sud Est -  Océan Indien sud ouest - Mer D'Otoman et golfe du bengale 

Notons deux cyclones  extra tropicaux ayant touché exceptionnellement et anormalement  la France métropoliotaine en 1999  nommées respectivement Lothar et Martin, qui ont traversé l'Europe les 26, 27 et 28 décembre 1999. Rafales à plus de 200km/h  enregistré à Orly !  259km/h dans les montagnes . Les deux systèmes ont fait 140 morts et occasionné 19,2 milliards de dollars (2006) de dommages matériels. Le phenomene est inhabituel mais tendrait à se produire plus frequemment dans la zone 

  • l'échelle de beaufort
  • zones qui attribue le nom d'un cyclone  dans le pacifique sud ouest
  • les zones cycloniques dans le monde

          Ci-dessous images des cyclones depuis 2016 concernant 
                              la Nouvelle Calédonie ou notre zone

  • cyclone en Nouvelle Calédonie
  • cyclone gita
  • cyclone FEHI
Les cyclones depuis 2016-2018:
Cyclone Donna : 2 mai au 10 mai 2017
Cyclone COOK : 7 au 14 avril 2017 ( cyclone tropical) 
Cyclone FEHI: 26 au 30 janvier 2018
Cyclone GITA : du 8 au 12 fevrier 2018
Cyclone HOLA : en cours 

  • Trajectoire et La classification selon leur intensité

    Les cyclones sont la phase ultime de développement des perturbations tropicales. Tout au long de leur évolution, ces dernières sont classées en fonction de leur intensité, elle-même déterminée par la force du vent.
    Le baptême des perturbations est désormais systématique lorsqu'elles atteignent le stade dépression tropicale modérée.
    Sur le Pacifique Sud, le centre météorologique de Brisbane (Australie) nomme celles qui sont repérées à l'ouest du méridien 160°E et le centre de Nandi (Fidji) celles repérées à l'est de ce même méridien.  Cliquez sur la carte ci-dessus  pour agrandir et voir les images des cyclones depuis 2016-2017

La trajectoire d'un cyclone paraît souvent très capricieuse et les lois physiques qui régissent cette évolution sont encore mal connues des météorologistes : avant et/ou après une portion de trajectoire rectiligne, le cyclone peut s'arrêter, faire une boucle ou repartir dans une autre direction voire rebrousser chemin pendant un certain temps. 

les dégats selon la dénomination des intensités :

Dépression tropicale modérée: (60 à 90km/h)  Dégâts négligeables sur les constructions en dur. Dégâts sur certains arbres, cultures et constructions légères. Le vent peut tirer sur les amarres. 

Dépression tropicale forte: (90 à 120 km/h) -Dégâts mineurs sur les constructions en dur (gouttières, bardeaux, etc.). Dégâts significatifs sur des panneaux, arbres et constructions légères. Lourds dégâts sur certaines cultures. Risque de coupures de courant, de téléphone. De petites embarcations peuvent rompre les amarres
Cyclone tropical : (120 km/h à 160 km/h) : Dégâts sur certains toits et structures. Destruction de certaines constructions légères. Probabilité de coupures de courant, de téléphone dues à des chutes d'arbres ou de poteaux.
Cyclone tropical intense : (160 km/h à 200 km/h) Dégâts considérables sur l'ensemble des infrastructures : routes et bâtiments, agriculture, bateaux, poteaux et pylônes, etc. Constructions fragiles détruites et emportées. Débris volants dangereux. Coupures étendues des réseaux électriques, hydrauliques et de communications.
Cyclone tropical très intense : ( 200 à plus de 280 km/h) :Extrêmement dangereux avec destructions étendues.

                                                                        --------------------------------------------

Ci-dessous les  consignes à observer communiquées par la Sécurité civile Nouvelle Calédonie selon les différentes phase de l'alerte ( communiquée par Radio - se munir de piles) 

Consignes de la sécurité civil en cas de PE-ALERTE cyclonique : le cyclone est dans la zone d'alerte; on se prépare 

Consigne de la sécurité civile en cas d'alerte N°1 : le cyclone s'approche à moins de 18h: on reste chez soi 

Consignes de la sécurité civile en cas d'alerte N° 2: le cyclone "frappe" moins à moins  de 6h: on ne bouge plus , on ne sort plus, on se met en sécurité 

La phase de sauvegarde après le passage du cyclone ; on reste vigilent jusqu'à la fin de l'alerte de la sauvegard 


La sécheresse

la secheresse en Nouvelle Calédonie

La période de sécheresse arrive ordinairement en octobre et dure jusque fin decembre . La climat étant grandement perturbé, la sécheresse, en cette année 2017, a commencé depuis juin 2017 !
Voir lien pour lire l'article intéressant de Meteo nouvelle calédonie sur ce sujet

Concernant le règlement et les vigilances très strictes au sein de notre gîte et sur territoire pour la période de sècheresse :
En été nous sommes en risque d'incendie extrême. Le gouvernement de la Nouvelle Calédonie applique une sévère sanction en cas d'incendie liée à une quelconque négligence. Exemple, notre voisin a eu, en 2015, une sanction de 20 000 euros pour raison de négligence. Cela s'applique à toute personne occupant le gîte.

D'une façon générale et toute l'année, les règles ci-dessous s'appliquent au tour du monde:
Voici les mesures obligatoires :
Interdiction absolu de FUMER à l'intérieur des habitations y compris toilettes et salle de bains extérieurs. Lorsque vous fumez à l'extérieur, il est impératif de fumer à l'abri du vent et d'avoir comme cendrier un bocal avec de l'eau fourni par le propriétaire. Il est interdit de fumer dans la forêt de notre propriété - sentier Kanak etc..
Une double vérification de vos feux de cuisine et ne jamais laisser sans surveillance vos plaques de cuisson allumée

Article approfondi concernant la secheresse en Nouvelle Calédonie

Les feux de brousse en saison sèche et chaude; de septembre à février 

les feux de brousse en Nouvelle calédonie


Légende sur la carte :

ROUGE : Risque extrême : dès lors qu'une commune est classée en risque rouge, l’usage du feu à des fins non domestiques et l’accès aux massifs forestiers sensibles sont interdits sur l'ensemble de la Nouvelle-Calédonie.

ORANGE :  Risque très élevé : l’usage du feu à des fins non domestiques est interdit sur le territoire de l'ensemble de la province dont au moins une commune est classée en risque orange, sauf dérogation à titre exceptionnel l’accès motorisé aux massifs forestiers sensibles est interdit.

JAUNE :  Risque élevé : éviter tout usage du feu à des fins non domestiques, sans préjudice de la réglementation communale et provinciale existante.

VERT :  Risque faible à modéré : suivre les recommandations d’usage et de bon sens en matière d'usage du feu, sans préjudice de la réglementation communale et provinciale existante.

Le décalage horaire et la luminosité 
selon les saisons en Nouvelle Calédonie

decallage horaire nouvelle calédonie

cliquez sur l'image-carte colonne à droite pour visualiser la ligne de changement de date

le fuseau horaire dont dépend la Nouvelle Calédonie est "Pacifique Centre" GMT+11 (Magadan, en Russie Sibérie orientale) - îles Salomon, Vanuatu - mer de Tasmane
Attention : les fuseaux horaires sont d'un découpage verticale très curieux : par exemple les pays qui ont un même décalage horaire par rapport à Paris sont : Nouvelle Calédonie - île salomon, Vanuatu, Magadan en Russie alors que la Nouvelle zelande accusant un décalage horaire de + 12 par rapport à paris se trouve pourtant exactement en dessous de la NC ... allez comprendre ! voir la lien carte ci-dessus : le fuseau horaire correspondant à la Nouvelle Calédonie est la lettre L
Sachez aussi que :
il y a + 9 heures de décalage entre Paris et Nouméa en heure d'été métropolitaine
il y a + 10 heures de décalage entre Paris et Nouméa en heure d'hiver métropolitaine
(Il n'existe pas en Nouvelle Calédonie d'horaire saisonnier)

  • Attention au changement de la ligne de date qui traverse le centre du pacifique Sud:

Par Rapport à Papeete: les choses se compliquent car la ligne de changement de date se trouve au centre du Pacifique Sud:
Par rapport à Nouméa : Ajouter 3 heures à votre montre heure de Nouméa et moins 24h et vous obtenez le jour et l'heure à Papeete par rapport à Nouméa. Attention lorsque vous prenez un billet d'avion franchissant la ligne de changement de date ! La curiosité des choses veut que Nouméa se trouve à 5h de Vol de Tahiti (Papeete) alors qu'il y a près de 24h de décalage horaire avec la NC

Où que vous soyez dans le monde rendez-vous sur le site www.horlogeparlante.com et vous saurez quelle heure il est partout dans le monde.

La luminosité en Nouvelle Calédonie 

Notez qu'en saison chaude, (décembre-mars) le jour se lève dès 4h30 et la nuit tombe vers 19h, tandis qu'en saison fraîche, (juin - septembre) il fait jour à 6h30 mais la nuit arrive très vite vers 17h30.

savoir instantanément l'heure qu'il est partout dans le monde sur une carte inter-active

Le décalage horaire par rapport à nos vosins d'OCEANIE 

ou sud'Est asiatique 

Lorsqu'il est MIDI ( 12h) à Nouméa, il est à :

Auckland  : 13h

Brisbane : 11h

Sydney : 11h 

Vanuatu : 12h (même heure) 

Tokyo : 10h

Papeete (Tahiti) : 15h (- 1 jour à cause de la ligne de changement de date)

Melbourne : 11h

Bali : 9h

Jakarta : 8h

Papouasie Nouvelle Guinée : 11h

Shanghai : 9h

Hongkong : 9h 

Wallis et Futuna : 13h


La préparation au décalage horaire ; 
un processus complexe mais hautement utile 
pour éviter les problemes

la préparation au décallage horaire nouvelle calédonie

On entend par décalage horaire la perturbation de l'horloge interne de l'organisme (portant sur 24 heures environ) et des rythmes circadiens due aux déplacements sur plusieurs fuseaux horaires en peu de temps, par exemple lors d'un vol d'est en ouest ou d'ouest en est. Le décalage horaire peut entraîner une indigestion, des troubles du transit intestinal, un malaise général, une somnolence durant la journée, une insomnie la nuit ou une baisse des capacités physiques et mentales. Ses effets s'ajoutent souvent à la fatigue due au voyage lui même. Les symptômes liés au décalage horaire disparaissent progressivement, à mesure que le corps s'adapte à l'heure locale.
Le décalage horaire ne peut être empêché, mais il existe des moyens d'en réduire les effets (voir ci après).
Les personnes qui doivent prendre des médicaments selon un horaire strict (par exemple, insuline, pilule contraceptive) devraient consulter leur médecin ou un centre de médecine des voyages à ce sujet avant de partir.

Mesures d'ordre général pour atténuer les effets du décalage horaire :

  • Bien se reposer avant le départ, et se détendre le plus possible pendant le vol. Des sommes brefs peuvent être utiles.
  • Manger légèrement et limiter la consommation d'alcool. L'alcool augmente la production d'urine, ce qui peut entraîner des troubles du sommeil, car le passager doit se réveiller pour aller uriner. Certes, l'alcool peut accélérer l'endormissement, mais il nuit à la qualité du sommeil, ce qui le rend moins récupérateur. Les effets consécutifs à la prise d'alcool risquent d'exacerber les effets du décalage horaire et la fatigue due au voyage. Il faut donc consommer l'alcool de façon modérée ou de préférence s'en abstenir avant et durant le vol.
  • Il faut limiter la caféine aux quantités normales et l'éviter dans les heures qui précèdent une période de sommeil prévue.
  • Tenter de créer les conditions favorables à l'endormissement. Pour un somme pendant le jour, le port d'un masque oculaire et de protections auditives peuvent être utiles. Un exercice régulier durant la journée contribue à favoriser le sommeil mais il faut éviter de faire de l'exercice intensif immédiatement avant l'endormissement.
  • Une fois à destination, essayer de dormir autant que d'habitude par 24 heures. On estime qu'il est nécessaire de dormir un minimum de 4 heures durant la nuit locale pour permettre à l'horloge interne de l'organisme de s'adapter à la nouvelle heure. Si possible, compléter le temps total de sommeil en faisant un somme chaque fois que l'envie s'en fait sentir le jour.
  • Le cycle lumière/obscurité est l'un des facteurs les plus importants pour le réglage de l'horloge interne de l'organisme. L'exposition à la lumière du soleil une fois arrivé à destination facilite généralement l'adaptation.
  • Des somnifères à action brève peuvent être utiles. Il faut les prendre uniquement sur avis médical et normalement pas pendant le vol, car ils risquent d'accroître l'immobilité et, par conséquent, le risque d'une thrombose veineuse profonde.
  • La mélatonine que l'on trouve dans certains pays peut servir à resynchroniser l'horloge interne. Elle est en général vendue comme complément alimentaire et, par conséquent, n'est pas soumise au même contrôle strict que les médicaments (par exemple, elle n'a pas été approuvée comme médicament aux Etats-Unis, mais peut être vendue parmi les compléments alimentaires). L'heure de la prise et le dosage efficace de la mélatonine n'ont pas été pleinement évalués et les effets secondaires, notamment si elle est utilisée pendant longtemps, sont inconnus. Par ailleurs, les méthodes de fabrication des comprimés ne sont pas normalisées et, par conséquent, la dose contenue est très variable et des composés néfastes peuvent s'y trouver. Pour toutes ces raisons, la mélatonine n'est pas recommandée.
  • Il n'est pas toujours judicieux de s'ajuster à l'heure locale pour de brefs séjours de 2 à 3 jours ou moins. En cas de doute, demander l'avis d'un médecin spécialiste des voyages.
  • Les individus réagissent différemment au décalage horaire. Les grands voyageurs doivent observer les diverses réactions de leur corps et adapter leurs habitudes en fonction de celles-ci. Il peut s'avérer utile de consulter un centre de médecine des voyages afin de déterminer une stratégie efficace.

Selon l'OMS - secteur voyage 2014

Les conséquences liées au réchauffement climatique en Nouvelle calédonie

les conséquences liées au réchauffement climatique

Une température en hausse d'environ deux degrés, des précipitations en baisse de 5 à 8 %, une saison sèche nettement plus marquée et une élévation du niveau de la mer de 25 à 50 centimètres : c'est ce que le réchauffement planétaire pourrait provoquer en Nouvelle-Calédonie d'ici un siècle.

Météo France vient de diffuser, sur son site Internet , une étude rédigée par Luc Maitrepierre sur les impacts, pour la Nouvelle-Calédonie, du réchauffement global de la planète. Elle est fondée sur les travaux scientifiques conduits au niveau mondial pour prévoir l'évolution climatique du XXIe siècle. Elle prend naturellement en compte une part d'incertitude : la connaissance des mécanismes qui sont en jeu est en effet imparfaite et le réchauffement global sera différent en fonction des politiques qui seront conduites par les Etats, notamment en matière énergétique. L'étude de Météo France dont nous publions ici les principaux aspects est la première du genre en Nouvelle-Calédonie. Elle est basée sur le scénario qui correspond à des hypothèses moyennes quant aux mesures que prendront les pays du monde pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Ce scénario tend vers un réchauffement global non uniforme à la surface du globe et, en ce qui concerne notre région, plus soutenu dans le Pacifique centre et nord que dans notre zone sud-ouest.
Saison sèche encore plus sèche Actuellement, la structure thermique de l'océan génère des précipitations abondantes dans l'ouest de la zone intertropicale, alors qu'à l'est la côte sud-américaine est quasi désertique. Le Pacifique central devant se réchauffer plus rapidement, les précipitations devraient y augmenter de façon sensible. En revanche, sur l'Australie et la mer de Corail, les pluies devraient être moins abondantes. La Nouvelle-Calédonie devrait donc connaître des conditions plus sèches. On peut estimer le déficit de précipitations entre 75 et 130 mm d'eau par an, ce qui représente de -5 à -8 % des précipitations moyennes qui sont, tous postes confondus, de l'ordre de 1 600 mm par an. Les précipitations de la saison des pluies (janvier à mars) devraient ne varier que très peu, mais celles de saison sèche (d'août à novembre) devraient être en forte diminution (-14 à -24 %). Ainsi, la saison sèche devrait être encore plus sèche.
Températures en hausse de 2° L'élévation de la température en Nouvelle-Calédonie devrait être identique ou très voisine de celle du milieu marin. Or, l'élévation de la température sera moins importante sur les océans que sur les continents. Elle devrait être de l'ordre de +1,8° à +2,1°. Ce réchauffement sera sensiblement identique entre les saisons : de +1,5° à +1,8° en saison fraîche et de +1,8° à +2,1° en été. Selon d'autres scénarios, cette élévation pourrait être moins importante mais, d'une manière générale, la température augmentera moins en Nouvelle-Calédonie que dans le reste du monde, moins qu'en Australie notamment. Toutefois, les changements de température de l'océan apporteront probablement des changements importants dans la distribution des précipitations et l'activité cyclonique.
Niveau de la mer : menace sur Ouvéa L'élévation du niveau de l'océan devrait être comprise entre + 25 et + 50 centimètres. Les estuaires et les îles basses seront donc affectés, plus particulièrement lors des épisodes cycloniques. L'île d'Ouvéa semble la plus menacée, ainsi que certaines plaines côtières. En outre, les zones inondables risquent de s'étendre, car l'élévation du niveau de la mer rendra encore plus difficile l'évacuation des eaux des rivières lors des fortes pluies.
Activité cyclonique : difficile à évaluer L'élévation prévue de la température de l'océan ne devrait pas faire augmenter de façon notable la taille de la zone de formation des cyclones. En revanche, le réchauffement plus important du Pacifique central équatorial devrait modifier la répartition actuelle des cyclones dans le Pacifique sud, avec probablement une extension vers l'est de l'activité cyclonique moyenne. Quant au nombre et à l'intensité des phénomènes, il n'y a pour le moment pas de consensus. Certaines simulations montrent plutôt une augmentation de l'intensité des cyclones, d'autres surtout une augmentation des pluies liées aux perturbations.

gite du tour du monde noumea

fuseaux horaires

fuseau horaires monde

La ligne de changement de date dans le pacific

la ligne de cha,ngement de date dans le pacific sud
plage de poe à Bourail

Les bienfaits d'un cyclone pour la régération incontournable de la végétation calédonienne !
(Clic pour agrandir)
  • gite tour du monde Noumea
  • gite tour du monde noumea
  • gite tour du monde noumea
  • gite du tour du monde nouméa
  • gite tour du monde noumea
  • gite tour du monde noumea
  • gite du tour du monde Noumea
  • gite tour du monde noumea
  • gite tour du monde noumea
  • Gite du Tour du Monde Noumea
  • gite tour du monde noumea
  • gite du tour du monde noumea